PrOtéger

L’eau n’est pas gratuite

Une eau de qualité, c’est rare, précieux et donc… dispendieux. Pensons à nos économies : une eau de bonne qualité coûte moins cher à purifier et amoindrit le coût de nos taxes foncières.

FOCUS MONDE

Afin d’alimenter ses 8,5 millions d’habitants avec une eau propre, la Ville de New York applique une politique de protection de ses trois bassins versants. Elle participe aussi à des programmes de préservation des forêts et encourage les agriculteurs à adopter de bonnes pratiques. Ce faisant, New York « reçoit » de l’eau propre et réalise des économies, soit environ 300 millions de dollars par année, en lien avec le traitement de son eau

La production de l’eau potable et sa distribution ainsi que le traitement des eaux usées représentent deux des activités les plus coûteuses des villes. En effet, ces dernières doivent prévoir beaucoup d’équipements pour accomplir ces tâches.

Il faut, entre autres : 

  • des stations de production d’eau potable,
  • un réseau de distribution de l’eau,
  • des réservoirs,
  • des postes de chloration,
  • des compteurs d’eau (à la station, sous les rues et parfois dans les maisons),
  • des réseaux d’égouts,
  • des postes de pompage,
  • des stations de traitement des eaux usées,
  • des gens (des travailleurs)!

Le SAVIEZ-VOUS ? 

Pour une grande ville, il en coûte environ 2,26 $ pour produire, distribuer et nettoyer 1 m3 d’eau, soit 1 000 litres, ou l’équivalent de deux baignoires remplies à ras bord? Cela signifie que si l’on diminuait de 20 % la consommation totale de l’eau au Québec, on pourrait économiser des dizaines de millions de dollars chaque année!

On estime, en 2017, un coût par personne s’élevant à à 437 $/an/pers.

Participer !

cliquer ici